Né le 20 novembre 1935 dans, le village de Ouedhref, près de Gabès, au sud tunisien, Feu Ali BEN GAÏED a grandi dans une famille conservatrice imprégnée de valeurs arabo-musulmanes. Son père, feu Hédi Ben Mabrouk BEN GAÏED s’est installé, avec sa famille à Tunis, où il a exercé dans le secteur du bâtiment. Sa femme Mabrouka BEN ROMDHANE a donné naissance à une fratrie de 6 garçons et filles.

Le petit Ali a poursuivi ses études primaires à l’unique école du village d’Ouedhref. Après le déménagement à Tunis, il a poursuivi ses études secondaires à la Sadikiya, où il a obtenu un certificat de fin d’études secondaires générales. De 1965 à 1968, Il poursuit ses études universitaires à la Faculté des sciences à Paris (France), ou il obtient une maîtrise en sciences mathématiques (applications fondamentales).

De 1968 à 1971, il poursuit ses études à l’Ecole Nationale de la Statistique et de l’Administration Economique de Paris (ENSAE) où il obtient le diplôme d’ingénieur en statistiques économiques. Feu Ali BEN GAÏED était pendant son séjour parisien un exemple de sérieux et de nationalisme.

Après avoir terminé ses études en France, il regagne le pays et intègre, de 1971 à 1974, comme ingénieur, l’Administration Générale de l’Industrie (Ministère de l’Economie Nationale). De 1974 à 1980, il occupe le poste d’expert au Comité consultatif pour les Pays du Maghreb Arabe. A partir de 1980, Feu Ali BEN GAÏED est chargé de la création de la « Direction de l ’Environnement, de la normalisation et du contrôle de la qualité », au sein du Ministère de l’Economie Nationale à la rue Vénézuela. Deux ans plus tard, il est désigné en tant que Président et Directeur Général fondateur, de l’Institut National de la Normalisation et de la Propriété Industrielle (INNORPI). Il occupera ce poste jusqu’en 1996, date de son départ à la retraite.

Feu Ali BAN GAIED était un parfait bilingue (arabe /français) avec des connaissances assez poussées en langue anglaise. Sa plume traque souvent les erreurs grammaticales et linguistiques contenues dans les écrits de ses cadres, ainsi que tout rapport ou document émanant des comités techniques nationaux, régionaux, ou internationaux.

A partir de 1982 Feu Ali BEN GAÏED, assure le lancement de la nouvelle institution avec une poignée de cadres et d’agents (dont l’auteur de ces lignes), au sein du département de la normalisation, relevant du Centre National des Etudes Industrielles (CNEI), sous la tutelle du Ministère de l’Economie Nationale. C’est cette même équipe qui assumera la rédaction, la traduction, la coordination et la mise en place des assises financières et procédurale, ainsi que de la base juridique (loi et textes d’application) pour le démarrage des activités de la nouvelle institution.

Après la promulgation du texte intégral de la loi N° 66 de 1982, sur la normalisation et la qualité, l’équipe déménageait dans un bâtiment flambant neuf (en location) de quatre étages, sis à la rue Ibn El Jazzar, au quartier de Lafayette.
C’est à partir de ce moment qu’un plan de recrutement a été mis en place. Le PDG de l’INNORPI a promis que l’institut, sera doté, un jour, d’un siège propre, spécialement conçu pour ses activités. Promesse tenue, grâce au travail sans relâche du Feu Ali BEN GAID avec les ministères concernés.

Ce qui lui a permis d’avoir l’autorisation de faire bénéficier l’INNORPI, d’un terrain propriété du Ministère de l’Agriculture pour construire l’actuel siège de l’INNORPI, sis à la cité El Khadra, à Tunis. Mais les professionnels garderont du Feu Ali BEN GAIED le souvenir de l’homme qui a eu le mérite d’avoir introduit, en Tunisie et à partir de 1985, des référentiels innovants tels le contrôle total de la qualité TQC, les cercles de qualité, la conception du premier et du deuxième plan qualité.

Plans multisectoriels qui ont permis l’introduction des concepts du management total de la qualité (TQM), ainsi que des systèmes ISO. Il convient de rappeler, à cet égard, que Feu Ali BEN GAIED a organisé le premier concours des cercles de qualité en Tunisie qui a été attribué en 1985 à la société « Judy ».

Il a à cette occasion invité le professeur japonais, Naoto SASAKI, expert en management de la qualité pour présider le jury et décerner les prix. Naoto SASAKI connait la Tunisie grâce aux efforts de l’homme d’affaires, Feu Béchir Salem Belkhiria, une autre figure du mouvement qualité Tunisie qui longuement présidé l’Association Tunisie-Asie. Feu Ali BEN GAÏED a eu le mérite d’avoir organisé de multiples séminaires et congrès relatifs à la normalisation, la qualité, la propriété industrielle et la métrologie. Il était de ce fait membre dans la plupart des délégations tunisiennes qui représentaient la Tunisie aux réunions et conférences des pays africains, arabes, islamiques, maghrébins et même à l’échelle internationale.

Il a représenté la Tunisie dans les différentes réunions de l’Organisation Internationale de la Normalisation (ISO), l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI), Comité Electrotechnique International (CEI), l’Organisation Arabe de Développement Industriel et de la Minéralogie (AIDMO) et membre élu du conseil de l’Organisation Internationale de la Normalisation (ISO de 1985 à 1996). Il était membre de la délégation tunisienne aux négociations de l’Uruguay Round, responsable des problèmes de propriété industrielle. Il a été également élu en 1996 Président du comité pour les questions relatives aux pays en développement (DEVCO) relevant de l’Organisation Internationale de la Normalisation. Il a été élu de 1992 à 1996 Officier de liaison régional de l’ISO pour les pays arabes.

Il a mis son expérience au profit des pays et instances internationales dont le secrétariat général de l’Union Maghrébine Arabe. Le passage du Feu Ali BEN GAÏED à la tête de l’INNORPI durant 14 ans, a permis à l’homme d’avoir une maîtrise totale des questions relatives à la mise en place de l’infrastructure de la normalisation, de la qualité, de la propriété industrielle et de la métrologie en Tunisie. Avantage appréciable qui lui a permis après avoir quitté l’INNORPI de présider les destinées de l’Organisation de la Défense du Consommateur (ODC) de 1997 à 2002.

Feu Ali BEN GAID était :

Membre du Haut Comité des Droits de l’Homme et des Libertés Fondamentales de Tunisie.
Membre de la Commission Nationale d’Evaluation de la Recherche de Tunisie (depuis1997).
Président du Comité National relatif à la Qualité des Statistiques de Tunisie.
Feu Ali BEN GAÏED a dédié sa vie entière au développement des concepts de la normalisation et de la qualité dans son pays.

C’est un exemple à méditer par nos jeunes universitaires qui trouveront certainement matière à réflexion pour mener des études biographiques plus complètes. Pour rendre hommage aux mérites de cet homme il faudrait mener un travail de recherches beaucoup plus approfondi.

Zouhaier MARRAKCHI

Ami et confrère du Feu Ali BEN GAIED

Responsable de la gestion des risques cliniques à Abu Dhabi Health Services Company (SEHA),

Doctorat en administration des affaires, spécialité gestion des risques cliniques et sécurité des patients, Ecole de Management, Grenoble, France – 2017 Certification en qualité médicale (CMQ) par l’American Board, 2017. Certification professionnelle certifié en qualité de soins de santé (CPHQ), 2005. DESS, technologie industrielle (avec spécialisation en soins de santé), Université Saint Joseph, Faculté des sciences, Beyrouth, Liban, 2002. Maîtrise, Génétique, Biochimie et Biologie Cellulaire (Valedictorian), Université Saint Joseph, Faculté des Sciences, Beyrouth, Liban, 2001. Licence Biologie, Université Saint Joseph, Faculté des Sciences, Beyrouth, Liban, 2000.

Dr. Maya Mallat Yassine est responsable de la gestion des risques cliniques à Abu Dhabi Health Services Company (SEHA), le plus grand réseau de soins de santé des EAU, exploitant 12 hôpitaux, plus de 40 centres de soins ambulatoires et primaires. plus de 17 000 professionnels. Dr. Mallat Yassine est responsable du développement, de la supervision et de la coordination d’un programme de gestion des risques cliniques pour soutenir les efforts de SEHA à fournir des services de haute qualité tout en atténuant les risques, en maintenant la continuité des activités et en protégeant l’organisation. Avant de rejoindre l’équipe SEHA, le Dr Mallat Yassine gérait l’Unité de protection des clients et le Département d’amélioration de la qualité du Centre de planification et de qualité des soins de santé de Dubaï Healthcare City (DHCC), la plus grande zone franche du monde.

Dr. Mallat Yassine a plus de 15 ans d’expérience dans la gestion des risques cliniques, l’amélioration de la qualité et la sécurité des patients au sein des organisations internationales de soins de santé. Chercheuse de services de santé axée sur les résultats, elle possède de solides compétences analytiques et une longue expérience dans la direction et le travail avec des équipes multidisciplinaires et multiculturelles afin de développer et de mettre en œuvre des stratégies de soins efficaces avec des résultats démontrés.

Zouhaier MARRAKCHI © 2018

Sehil TRIKI

Pshycopraticien formateur en PNL et enseignant hypnose, Master trainer et Master Coach,

Master Coach ICI,

Master Trainer Process Com®,

Maître Enseignant en PNL,

Maître Enseignant en Hypnose,

Sophrologue et Hypnothérapeute,

Formateur certifié à la gestion des conflits à travers le triangle de KARPMAN,

Président de l’association internationale Psynapse Éducation & de l’Association Tunisienne Psynapse,

Développement Co-fondateur d’Alfacom,

Représentant de PSYNAPSE en Tunisie,

Il assure l’animation et la certification des sessions de formation certifiante en PNL Hypnose & Coaching ainsi que de formation de formateurs Process Com® d’enseignants en PNL et Hypnose,

Consultant certifié Interqualia – Santé Émotionnelle (C.H Amerdht), formé à la théorie organisationnelle de Berne, il accompagne des entreprises depuis 2004, dans leurs projets de développement des compétences de leurs collaborateurs et intervient également sur le thème de la Communication et cohésion des équipes.

Président Directeur Général de la société SARPI Spa, ALGERIE,

Il est ingénieur en génie mécanique et possède un Executive MBA.
En sa qualité de Garant de la mise en place, de la mise en œuvre, de la conformité et de l’efficacité du Système de Management Intégré de la SARPI Spa, il a été appelé à :

– Etablir les politiques et décliner les objectifs à tous les niveaux de la société,

– Motiver les acteurs du SMI et les doter en moyens nécessaires pour l’atteinte des objectifs,

– Présider les réunions stratégiques sur le SMI telles que la revue de direction et les revues de processus, piliers de l’amélioration continue des systèmes de management.

Zouhaier MARRAKCHI © 2018

 

Conseil en organisation et qualité des services et
accompagnement à la certification ISO et E.F.Q.M.

• Auditeur Qualité International Certifié (International Register of
Certificated Auditor, I.R.C.A.) agissant en tant que Responsable d’audit pour
le compte d’organismes de certification (SGS, BVQI…).

• EFQM European Excellence Assessor : auditeur
agréé par l’European Foundation for Quality Management.

• Expert international missionné par l’A.F.N.O.R.
(Agence Française de Normalisation) dans le cadre de missions qualité &
performance des services à l’étranger.

• Formateur agréé par International Register of
Certified Auditors (IRCA). Formation professionnelle des auditeurs qualité
professionnels tierce partie.

• Expert auprès des communautés européennes.

• Professeur au Groupe Ecole de Management de
Grenoble, et à l’Université du Québec à Montréal (Organisation et Qualité des
entreprises de service).

FORMATION.
• Doctorat de l’Ecole Centrale Paris (Organisation du tertiaire).

• Maîtrise en Droit des Affaires.

AUTRES REALISATIONS.

• Fondateur de l’Institut Canadien des
Conseillers en Organisation et Méthodes (1981).

• Président de « The Association for Systems
Management ».

• Président de la Commission Organisation &
Informatique, auprès du Ministre de l’Éducation (Québec).

• Président Fondateur de l’Institut Français du Conseil en Organisation
(I.F.C.O.), 1991.

PUBLICATIONS ET CONFERENCES.

• Méthode Expert Formation. (Méthodologie
d’ingénierie de formation).

• Auteur de nombreux articles dans le domaine de
l’organisation, parus dans des magazines spécialisés tels que : Le Bureau,
Organisation et Systèmes, Informatique et Bureautique,  etc.

• La bureautique : planification, implantation,
gestion, le Guide de l’Entreprise. Les Editions d’Organisation, 1988 (342
pages).

• Logique de planification des systèmes
d’information : analyse de certains facteurs parasites et proposition d’un
cadre méthodologique. Gestion 2000 n°2, avril 1992.

• Plus
de trois cent conférences données dans le domaine de la qualité et
l’organisation des services en France, au Canada, en Tunisie et aux USA.

2016.

Christophe VILLALONGA est directeur associé de la société Qualinove. Il intervient comme consultant opérationnel depuis 1994 dans la mise en place et l’optimisation de démarche qualité à valeur ajoutée.Il est auditeur ICA et auteur de deux ouvrages sur le thème de l’audit. Christophe VILLALONGA a développé de nombreux outils (site web, vidéo, seriousgame…) pour faciliter le déploiement de la qualité dans les organisations. Depuis 2006, il anime une communauté de directeurs qualité pour fédérer des échanges de pratiques et faire de la prospective sur l’évolution de la fonction.Christophe VILLALONGA anime également un réseau de consultants en système de management pour déployer au niveau national et international des valeurs et des méthodes au service de la compétitivité des organisations.

Il a publié les ouvrages suivants :

• L’audit qualité interne: une approche innovante et pragmatique pour manager avec efficacité son processus d’audit, 2003.

• L’audit Qualité Interne, 2003, Dunod, 2ème édition.

• L’audit qualité interne: manager avec efficacité son processus d’audit, 2007.

• Un nouveau souffle pour la qualité, 2011, AFNOR Editions (2ème édition)

• Le Guide du parfait auditeur interne, Réussir des audits internes qualité, sécurité et environnement à valeur ajoutée, 2011, Lexitis Editions.

• Devenez Manager qualité 2.0 ! – Penser autrement – Se comporter différemment – Agir durablement, 2013.

• Le guide du parfait auditeur interne: Réinventer sa démarche processus, 2013.

• Le guide du parfait auditeur interne: L’ISO 14001 facile, 2013.

• Capital confiance et performance durable: à qui confier les clés ? 2014.

Monsieur Fredj MANSOUR était l’hôte de la journée Mondiale de la qualité qui a eu lieu à Tunis le jeudi 14 Novembre 2013 sous le thème: Le management participatif: Outils et styles. Il est Ingénieur de l’Ecole des Arts et métiers de CAEN (France) et spécialiste en Sociologie du travail à l’Université de CAEN (France). Il a exercé à l’Institut RENAULT du Management de la Qualité Il est Chef d’entreprise d’ingénierie d’optimisation des ressources DFCQ. Il est enseignant à l’école d’ingénieurs de la métallurgie et du bâtiment et à l’Université des sciences humaines. Il est évaluateur des établissements sociaux et médico-sociaux, conseiller en optimisation des ressources, auditeur des dispositifs médicaux et formateur à l’école des cadres de la santé. Il est expert en Management des systèmes : QSE développement durable, conception de référentiels de management de la qualité pour les PME, conception de référentiels OPTIMAL MANAGEMENT, auditeur tierce partie, évaluateur des organismes sociaux et médico-sociaux loi 2002-2 et conseiller en management pour l’assemblée permanente des chambres des métiers de France.

Professeur Abdeljalil EL KHOLTI

Enseignant-Chercheur depuis plus de 25 ans, le Pr Abdeljalil EL KHOLTI possède une large expérience de consultant en Médecine et Santé au Travail. Il a occupé le poste de Conseiller du Premier Ministre pour la Santé et la Sécurité au Travail entre Août 2009 et Novembre 2010, chargé de la création de l’Institut National des Conditions de Vie au Travail après le tragique accident de Rosamor.

Actuellement, en plus de ses fonctions hospitalo-universitaires (Directeur de l’Unité de Santé au Travail à la Faculté de Médecine de Casablanca, Chef du Service de Santé au Travail du CHU Ibn Rochd), le Pr Abdeljalil EL KHOLTI est Directeur Général Fondateur de l’Institut National des Conditions de Vie au Travail, qu’il a dirigé entre novembre 2010 et janvier 2016.

Il est également médecin-conseil en santé au travail auprès d’entreprises privées dans des secteurs d’activité variés (mine, distribution de carburants, distribution d’eau et d’électricité, construction automobile, collectes de déchets).

Ses domaines d’activité privilégiés sont la toxicologie industrielle et l’hygiène du travail, l’audit sécurité et santé au travail, la formation à la sécurité, l’organisation de la prévention des risques sur les lieux du travail, la santé au travail et environnement, la radioprotection, l’organisation et la planification des systèmes de santé au travail, le management de la sécurité et la santé au travail ou le sauvetage et secourisme au travail.

Directeur de nombreuses formations post-graduées depuis plus de 20 ans, il a animé plusieurs sessions de formation continue dans le domaine de la santé et de la sécurité au travail pour divers organismes publics ou privés. Il est auteur de nombreux articles et publications dans le domaine de la santé et de la sécurité au travail aussi bien au niveau national qu’international. Il a participé à de nombreuses

manifestations nationales et internationales et organisé plusieurs manifestations nationales, régionales et internationales dans le domaine de la santé et la sécurité au travail.

Il coopère, de façon régulière, avec la CGEM, l’AGEF, les centrales syndicales dans les domaines de la santé au travail.

Il est président fondateur de la Moroccan Occupational Health Association (MOHA) et préside depuis décembre 2016 la Société Maghrébine de Santé au Travail.

Il a mené plusieurs missions d’expertise pour le compte du Bureau International du Travail (Code du travail), de l’Organisation Mondiale de la Santé (amiante), le Fonds Mondial de Lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme (Plan National Sectoriel de Lutte contre le Sida 2009-2011) et l’Organisation Internationale de Normalisation (membre du ISO/PC 283 et WG1 – Octobre 2013/Mars 2018. Organisateur du 2ème meeting du ISO/PC 283 à Casablanca en mars 2014).

Il a audité ou accompagné sur le plan de l’organisation des prestations de médecine du travail, de la sécurité et la santé au travail, la prévention des risques professionnels ou de l’audit en santé et sécurité au travail de très nombreuses entreprises nationales comme le Groupe ONA, la Compagnie Minière Seksaoua ou le Groupe OCP, mais également des filières de multinationales installées au Maroc comme la Lydec, Total, Sita El Beida et Sita Maroc.

Depuis 1999, le Pr Abdeljalil EL KHOLTI a mené de nombreuses missions de formation, d’audit, de recherche ou d’accompagnement ou de sensibilisation pour le compte du Groupe OCP, dans des domaines aussi variés que l’organisation et le fonctionnent des services de soins et de médecine du travail, d’ergonomie ou de pathologie professionnelle pulmonaire…

En 2018, le Pr Abdeljalil EL KHOLTI a animé à Sfax en Tunisie un atelier de formation sur les exigences de la nouvelle norme ISO 45001 version 2018 les 09 et 10 Mai à l’Hôtel SYPHAX.

Patrick MONGILLON est Directeur Associé d’AQM CONSEIL

* « European Quality Leader » – Award Winner 2015

* Ancien Directeur Méthode, Organisation et Qualité du groupe Axime (2200 personnes, aujourd’hui ATOS) et de Telis Ingénierie (1100 personnes), filiale de France Telecom

* Sur ses 37 ans d’expérience professionnelle, il a mis en œuvre de nombreuses démarches qualité.

* Il a acquis une forte expérience de l’amélioration de la performance : clarification de stratégie et cascading Hoshin Kanri, management des processus, lean 6 Sigma, Balanced Scorecard.

* Il maîtrise parfaitement tous les domaines de l’amélioration de la performance, du déploiement de stratégie au management des processus qu’il a pratiqué en entreprise pendant de nombreuses années puis en conseillant des entreprises de toutes tailles depuis 20 ans.

* Il est évaluateur EFQM depuis 1995.

* Il a conçu et animé à l’AFNOR les Journées Référence sur le « Déploiement de Politique », le « Management des Processus » et « l’Ecoute client », ainsi que la formation « Balanced Scorecard ».

* Il intervient régulièrement lors des « Parcours Croisés » organisés par l’AFNOR

* Il est certifié Success Insight sur les styles comportementaux et les motivations au travail

* Il est avant tout un animateur, un modérateur et un écoutant. Il a suivi un entraînement à l’expression orale et aux relations humaines chez Dale Carnegie et a reçu le prix d’excellence. Il a été assistant puis animateur de ce même entraînement pendant plusieurs années.

* En Juin 2003, il a publié aux éditions AFNOR ‘L’entreprise orientée Processus – Aligner le pilotage opérationnel sur la stratégie et les clients’, ouvrage pour lequel il a reçu la mention spéciale du Prix du Livre Qualité et Performance en Novembre 2004.

* Il est :

* Président de France Qualité Ile-de-France

* Président du Think Tank national « Made In Qualité »

* Membre du bureau de France Qualité (national)

Il a été l’invité de la journée mondiale de la qualité le Jeudi 10 Novembre 2016 à Tunis ou il a présenté une intervention sur : CONSTRUIRE ENSEMBLE LA PERFORMANCE FUTURE.

Pilote du projet de la mise en place et de la certification du Système de Management Intégré de la Société Algérienne de Réalisation de Projets Industriels « SARPI Spa » conformément aux trois référentiels (ISO 9001 v 2015, ISO 14001 v 2015 & OHSAS 18001 v 2007).

– Membre du comité de pilotage chargé du projet d’accompagnement de l’Entreprise Nationale de Canalisations « ENAC Spa » pour la certification de son Système de Management Intégré conformément aux trois référentiels (ISO 9001 v 2008, ISO 14001 v 2004 & OHSAS 18001 v 2007).

– Auditeur / Responsable d’audit : OHSMS OHSAS 18001: 2007 certified IRCA.

– Auditeur / Responsable d’audit : EMS ISO 14001: 2015 certified IRCA.

– Auditeur / Responsable d’audit : QMS ISO 9001: 2015 certified IRCA.

– Responsable d’audit /Auditeur interne QSSE / ISO 19011.

Kozo SAKANO, l’expert japonais en système de production Toyota.

Monsieur Kozo SAKANO, l’expert japonais en système de production Toyota, est né le 12 février 1952 à AICHI. Il était l’hôte de la journée mondiale de la qualité qui s’est tenue à Tunis le jeudi 12 Novembre 2015 sous le thème « Les nouvelles tendances du management qualité ». Il gère le « Process Improvement Japan » qui est un cabinet de conseil japonais qui relie les clients avec des experts en « Toyota Productive System » TPS sur le terrain au sein de la « Toyota Motor Corporation » et d’autres entreprises ayant obtenu le prix qualité au Japon.

Monsieur Kozo SAKANO, expert en système de production Toyota et fondateur et Directeur de « Process Improvement Japon » a beaucoup travaillé avec des sociétés du « Groupe Toyota » depuis plus de 25 ans. Il a travaillé étroitement avec les présidents du « Groupe Toyota » sur la mondialisation de leur groupe et les programmes de formation de niveau international portant spécifiquement sur le « Toyota Productive System »TPS, la maintenance préventive, l’assurance qualité et la sécurité.

Il est fortement impliqué dans la recherche et l’éducation de l’amélioration des processus. Il est membre de l’Association Kai Yamauuchi, dirigée par le vice-président d’Aisin, ou il s’efforce d’étudier et divulguer la démarche de « Total Quality Management ».

Il donne des conférences sur le « TQM et l’amélioration des processus » à des étudiants d’affaires de Rotterdam School of Management, Université Erasmus de Rotterdam, IPADE école d’affaires (Institut panaméricain pour la haute Direction des affaires), l’EDHEC école française des affaires et Stockholm School of Business. Il possède de vastes réseaux dans les secteurs de fabrication, logistique et la construction japonaise.

Monsieur Kozo SAKANO est l’auteur de plusieurs ouvrages éducatifs, y compris:

Business leadership, Plant Communication, The Japanese/English Industrial dictionary.

Le Professeur japonais Yoshito Hirabayashi, Président de Technofer Ltd et Directeur de Japanese Society for Quality Control (JSQC), a été l’hôte de la journée mondiale de la qualité qui s’est tenu à Tunis le 13 Novembre 2014 à l’Hôtel EL MOURADI GAMMARTH. Il a contribué aux travaux de la journée par une communication intéressante sur le thème : Comment préserver les règles de la qualité et de la responsabilité sociétale? Ci après un aperçu sur sa carrière.

Entre 1994-2010, il a publié 30 livres relatives à la qualité, sécurité et environnement.

Ingénieur diplomé de l’Université de TOHOKU (Faculté des ingénieurs mécaniques.

Technofer Ltd chairman.

Membre du bureau NICHIAS Corporation pour l’audit et la surveillance.

Directeur de la société japonaise de la qualité (JSQC).

Vic président de l’Académie de planification environnementale.

Comité membre de l’ ISO/TC176/SC2 (ISO9001)

Comité membre de l’ISO/PC283(ISO45001) (expert)

Membre au cabinet du premier ministre japonais.

2013-1993 President de Technofer Lrt.

2012-2002 Conférencier à l’Université de Tokyo.

2006-2003 Membre d’un comité au ministère de la santé, de travail du bien être.

2004-2000 Membre d’un comité au ministère japonais de l’Economie et du Commerce.

1999-1996 Membre conseiller au bureau d’accréditation japonais.

1999-1993 Membre conseiller au laboratoire japonais pour les essais électriques JET.

Membre conseiller à l’Association japonaise du management.

1987-1992 Manager général de l’entreprise britannique General Seiko Epson.
Zouhaier Marrakchi
FORUM QUALITE

David Hutchins, ingénieur en mécanique, électrique et production, est membre de l’Académie internationale de la qualité (QAI). Il est professeur à l’Université de Kingston. Il porte la ceinture noire en Six Sigma et a travaillé directement avec Joseph Moses Juran (December 24, 1904 – February 28, 2008) de 1983 à sa retraite en 1992. Il est auteur de plusieurs ouvrages adaptés et utilisés par l’Institut Juran, qui ont fini par devenir les fondements des concepts liés aux Six Sigma. Le plus récent de ses ouvrages est «Hoshin Kanri – L’approche stratégique de l’amélioration continue» présenté dans la chaine Sky ‘Inside Gatwick. Il a une expérience internationale riche avec les gouvernements d’Egypte, d’Afrique du Sud, de la Tunisie, de l’ONUDI ainsi que des projets financés par la Banque mondiale et plusieurs sociétés multinationales dans la mise en place de systèmes de management qualité dans l’entreprise. Il est Secrétaire général britannique du \ »Conseil Mondial de la qualité totale et l’excellence dans l’éducation» (WCTQEE) et collaborateur aux travaux du réseau Associated Schools Project Network (ASPnet) qui est une initiative de l’UNESCO.

L’expérience et l’approche de David sont fondées sur son expérience en tant qu’ingénieur de production, ingénieur industriel et directeur d’usine dans le domaine très concurrentiel des composants de haute précision à volume élevé pour l’industrie automobile.

Grâce à ses études intenses des systèmes de management japonais à partir des années 1960, et son amitié avec le regretté professeur Ishikawa (David a été invité à écrire un chapitre dans le livre relatant sa vie et les visites du professeur Ishikawa en Europe ont été toujours à l’invitation de David Hutchins). Ishikawa est reconnu comme le pionnier de l’introduction de plusieurs concepts qualité au Royaume-Uni. Il s’agit notamment de Total Quality Management TQM (1972), les cercles de qualité (ou comme les appellent certains le Kaizen), le juste à temps (y compris tout ce qui est maintenant appelé «Lean»), le Benchmarking, le Hoshin Kanri, l’analyse des causes profondes et des projets par l’amélioration du projet. Il a été impliqué dans la formation des Six Sigma développés à Motorola dans les années 1980.

Il travaille en association avec d’autres professionnels du monde entier comme un moyen pour développer de nouvelles idées et de poursuivre le développement des sciences et les disciplines de la qualité.

Il y lieu de noter que David Hutchins a contribué dans la mise en place des systèmes qualité et des techniques da qualité totale en Tunisie dans une quarantaine d’entreprises de 1995 à 2000. D’ailleurs, j’ai été formé à l’audit qualité interne par David Hutchins en 1995 en compagnie d’une dizaine de tunisiens.

Rappelons que David Hutchins est un spécialiste des Six Sigma, Lean Six Sigma, déploiement de la qualité et toutes les formes d’amélioration continue, y compris l’analyse des causes, l’amélioration des projets et l’amélioration de la performance des institutions à travers les cercles de qualité. Il a mise en œuvre le Hoshin Kanri comme un parapluie pour toutes les initiatives liées à la qualité, la création et le déploiement d’indicateurs clés de performance ou des facteurs critiques de succès.

Charles Corrie était l’hôte de la journée Mondiale de la qualité qui a eu lieu à Tunis le jeudi 14 Novembre 2013 sous le thème: Le management participatif: Outils et styles. Il est ingénieur en génie mécanique et en administration des affaires. Il a rejoint la British Standards Institution (BSI) en 1993. Il a été le secrétaire du Groupe de projet OHSAS depuis son lancement en 1998. Le Groupe de projet OHSAS est responsable de l’élaboration de systèmes de gestion de la sécurité OHSAS 18001 et la santé au travail – Exigences, et la norme d’orientation d’accompagnement OHSAS 18002. En Juin 2013 il a été nommé secrétaire de l’ISO / CP 283. Ce PC sera chargé de l’élaboration d’une nouvelle norme internationale sur les systèmes de gestion de la sécurité et santé au travail Il a également servi en tant que secrétaire de l’ISO / TC 176/SC 2 (responsable de la norme ISO 9001) depuis 1993, ainsi que d’autres comités techniques BSI. Son expérience de travail antérieure comprend aussi l’industrie aérospatiale (Rolls Royce), l’industrie de coulée sous pression (les Die castings Fry), et la certification d’assurance incendie (Certification Board Loss Prevention ).

ISO/TC 176/SC 2 Systèmes qualité (site ISO le 21 Novembre 2013).

Secrétariat: BSI

Secrétariat jumelé: SAC

Secrétaire: Mr. Charles Corrie

Secrétaire jumelé: Mrs. Wu Tian

Président(e): Dr. Nigel H. Croft jusqu’à fin 2015

Contact au Secrétariat central de l’ISO: Mr. José Alcorta

<a

A 30 ans, il obtient son titre de docteur en médecine de la Faculté de Médecine de Paris, c’était en 1961, quelques années après l’indépendance de la Tunisie.

En 1961, Zouhaïr KALLAL obtient également son diplômé de nutrition appliquée de la même faculté, ainsi qu’un doctorat es sciences en physiologie de la nutrition de la faculté des sciences de Dijon (1964).
;

Depuis cette date il œuvrera inlassablement pour le développement d’une médecine préventive ; pierre angulaire de tout système de santé d’un pays développé. D’ailleurs, Zouhaier KALLAL a porté principalement ses efforts sur quatre axes de recherche: nutrition et santé, évaluation des risques alimentaires, contrôle et qualité des aliments et conservation alimentaire.

Directeur fondateur de l’Institut National de Nutrition et de Technologie Alimentaire de Tunis (1968-1994), son nom restera à jamais, rattaché aux concepts de la nutrition et des technologies alimentaires modernes. Cela n’a pas empêché le Professeur Zouhaier KALLAL de considérer la cuisine comme un art qui reflète le patrimoine national et l’identité des peuples. Il répétait souvent que:  »Ce n’est pas le hasard qui engendre un genre de cuisine donnée chez un peuple ». La cuisine tunisienne pour lui représentait un trésor qu’il fallait protéger jalousement de toutes les mutations et imitations.

Il mit en place la première formation spécialisée en nutrition en Tunisie, créant ainsi le diplôme de technicien supérieur en nutrition et en technologie alimentaire. Plus tard, il réussit à inclure la nutrition parmi les spécialités médicales. Cette initiative a doté le pays d’un corps de spécialistes au service de la santé. »);

Les fameux spots de sensibilisation (RTT 1977-1995) « Dr Hakim » sont son « invention ». Des messages radiophoniques courts, efficaces et diffusés quotidiennement, ont largement contribué à l’éducation nutritionnelle des tunisiens depuis des décennies. »);

Il était également fondateur du service antipoison en 1971, fondateur et directeur des centres Interrégionaux de nutrition appliquée (1980-1990) à Kairouan et Béni M’tir, des centres autonomisés en 1991, fondateur et directeur de la Revue francophone « Cahiers Médicaux de Tunisie » (1971-1992), fondateur et directeur des Laboratoires de contrôle des médicaments, drogues et produits d’hygiène (1978-1990), fondateur et président puis président d’honneur de la Société Tunisienne de Biothérapie (1981), co-fondateur et conseiller technique du thermalisme tunisien (1965), fondateur et Président de la société Tunisienne d’hydrologie et climatologie et membre et président de plusieurs commissions techniques de normalisation au sein de l’INNORPI au courant des années 1980/90.

Parmi les articles publiés, du Dr KALLAL citons :

Les agressions alimentaires : l’aliment peut être vecteur de maladies et facteur de risques. Les risques sont liés à l’aspect quantitatif (pléthore et carence) et qualitatif (intoxication, infection, irradiation, etc…).

Les Concepts de base de l’éducation nutritionnelle : fiche conçue par le Pr Zouhaier KALLAL pour informer le grand public sur ce que l’on doit connaître pour bien se nourrir.

Né un 26 février 1930, il ya juste 82 ans, notre site se recueille à la mémoire du Pr KALLAL . Un homme qui a su tant donner pour le développement de la médecine dans notre pays.

Le Pr Zouhaier KALLAL nous a quitté le 6 octobre 2006.

Polytechnicien à 23 ans, Jounaidi Ben Daoud, aura la lourde tâche d’œuvrer dans la continuité de ses ainés : libérer l’Algérie sur le plan technique de la main mise du protectorat. Il décroche en 1971, son diplôme d’ingénieur des mines de l’Ecole Polytechnique d’Alger. A partir de cette date il sera un soldat au service du développement de son pays. Tout est à refaire.
A 25 ans Il est chef de projet et directeur de la cimenterie de Béni Saf, en Algérie. Poste qu’il a occupé de 1974 à 1980. Pendant deux ans (de 1980 à 1982) il est nommé en tant que directeur de la production de la société nationale des matériaux de construction. De 1982 à 1986 il est désigné comme directeur général de l’ERCE (Entreprise de production de ciments : qui regroupe quatre usines). Il a occupé, ensuite, la fonction de directeur général de l’INMC (Institut National des Matériaux de Construction).Poste qui lui a permis de se familiariser davantage avec les contraintes normatives du secteur et c’est en toute logique qu’il devient l’un des meilleurs experts algériens en matière de normalisation et intègre ainsi l’Institut National Algérien de la Normalisation et de la Propriété Industrielle (INAPI) de 1993 à 1998.
Sur le plan international il ne passait pas inaperçu : il avait toujours en tête un projet magrébin, arabe ou africain à défendre. Son dynamisme le pousse à faire du lobbying au sein des instances régionales arabes (AIDMO) et internationales (ISO et OMPI). Sa stratégie : chercher la cohésion avec les pays du Maghreb pour imposer les mêmes décisions sur tous les sujets d’intérêts commun. A cet égard Il était un membre très actif au sein des réunions de la Commission Consultative Supérieure Arabe de Normalisation gérée par l’AIDMO, à Rabat entre les années 1993 à 1998. Il est également un précurseur en matière de management de la qualité. Il a eu l’ingénieuse idée d’organiser à Alger du 1 au 3 juillet 1994 le premier colloque tuniso-algérien sur la qualité. Une manifestation très réussie qui a enregistré la participation de dizaines d’opérateurs tunisiens et algériens.
Il a assuré l’organisation à Alger des premières réunions de la Commission Maghrébine de la Normalisation et de la Propriété Industrielle en 1995.
Lors de son passage à l’INAPI, il a renforcé les capacités matérielles et humaines de son institution et a établi des conventions de coopération avec plusieurs pays notamment, la Tunisie.
Après toute cette longue expérience dans la fonction publique, il a crée, depuis 1998 son propre cabinet de consulting (QCM). Il accompagne les entreprises algériennes à la certification ISO 9001/ 14001/ OHSAS 18001. Il effectue des audits QHSE pour le compte des entreprises et anime des séminaires sur la qualité, le management environnemental, la santé sécurité au travail, la normalisation ainsi que sur la responsabilité sociétale ISO 26000.
Il est également consultant auprès de l’ONUDI, depuis 2002 et vice Président de l’association pour l’eco-efficacité et la qualité en entreprise (APEQUE). Il a publié des articles sur le management de la qualité dans la presse algérienne. »);
J‘ai eu le privilège de le rencontrer au début des années 80, j’avais comme mission au sein de l’institut tunisien de normalisation, de savoir comment fonctionnait l’institut algérien de normalisation et de la propriété industrielle de l’époque. Surtout que les algériens avaient une expérience qui remontait à 1963, date de création l’Office National de la Propriété Industrielle (ONPI) ; alors que l’institut Algérien de Normalisation et de la Propriété Industrielle (en cohabitation avec l’activité de normalisation), datait de 1973. C’est ainsi de création de l’INNORPI, de 1982 a été largement inspirée des textes législatifs qui étaient à l’origine de la création de l’INAPI.
Jounaidi Ben Daoud est marié et père de trois enfants.

Feu Béchir Salem BELKHIRIA est né à Jemmal le 4 Mars 1930 et décédé le 26 novembre
1985. Il a effectué ses études primaires à Jemmal en Tunisie, ses études secondaires, au
collège Sadiki à Tunis, ou il obtint son baccalauréat Mathématiques et Philosophie.
Puis il continua ses études universitaires en France ou il a vécu six ans couronnés
à Paris, en 1958, par un Diplôme de l’Ecole Supérieure des Sciences Economiques
et Commerciales.
Enfin, il séjourna aux Etats-Unis pendant deux ans et obtint un diplôme du Graduate
School of Business Administration à New York.
Feu Béchir Salem BELKHIRIA maitrisait des langues vivantes à savoir l’Arabe, le Français,
l’Anglais, et l’Espagnol.
Il publia trois livres :
• En espagnol: Lucas estudiantiles in América del Sud (1957).
• En français: Recueil des droits et taxes(1972).
• En arabe : 2éme Industrie(1979).
Il obtint trois importantes distinctions :
• Médaille française pour le meilleur étudiant en commerce extérieur, en 1957.
• Médaille de la fédération internationale de rugby, en 1976.
• Prix littéraire du ministère des affaires culturelles, 1977/1979.
Feu Hamda Belkhiria a dédié à la figure emblématique de Béchir Salem Belkhiria un livre
Intitulé « Béchir Salem Belkhiria : le défi permanent », cet ouvrage bilingue constitue une référence complète pour le parcours riche et diversifié de celui qui était connu par ses initiales
BSB. Introduit par un avant-propos d’Abdelwaheb Bouhdiba, président de l’Académie tunisienne
Beit Al Hikma à l’époque, cet ouvrage comprend une somme de textes de Béchir Salem
Belkhiria, ainsi que de nombreux témoignages et documents.
En outre, l’iconographie de l’ouvrage est des plus riches : elle permet de suivre les traces
de BSB à diverses époques de sa vie. Ce livre donne toute la mesure de ce que furent la vie,
les combats et les initiatives de l’une des figures de proue du monde économique
et associatif tunisiens.
Rappelons enfin que Feu Béchir Salem BELKHIRIA était à l’origine de l’invitation du professeur japonais Naoto Sasaki qui était à l’origine de l’introduction des cercles de qualité et du Total Quality Control TQC en Tunisie. »);

Né à Sousse, un 29 juillet 1940, Noury CHAOUCH passe ses études primaires à Moknine et secondaires au lycée Khaznadar, où il obtient, à 21 ans, son bac maths. Ses études supérieures il les poursuit à la faculté des Sciences de Tunis, où le jeune Noury décroche sa maîtrise en 1964 avant de rejoindre Paris.

A 28 ans, Noury CHAOUCH obtient son diplôme d’ingénieur de l’Ecole Centrale de Paris en pleine crise de mai 68. Pas le temps de faire la révolution : il regagne la Tunisie qui avait besoin de compétences nationales et intègre, tout de suite, la SNCFT (Société Nationale des Chemins de Fers Tunisiens) où il occupe le poste de chef de division entretien du matériel roulant. Poste qu’il gardera jusqu’en 1970.
A 30 ans il sera nommé l’un des plus jeunes directeurs au sein du ministère de l’Economie Nationale sous Tijani CHELLY. Il sera chargé de la direction des Industries mécaniques, électriques et matériaux de construction. Homme du terrain, il préfère rejoindre de nouveau la SNCFT en 1973, en véritable joker il a assumé différents postes de direction (approvisionnement , matériel roulant, entretien, et installations fixes.
En 1980 Noury Chaouch est nommé au poste de Président Directeur général des Ateliers de Construction des Equipements de Gabés, entreprise nationale pour la construction des équipements ferroviaires, comme les wagons ou les conteneurs. Après deux ans d’activité à Gabès, il rejoint la capitale pour devenir le Président Directeur Général fondateur du CETIME (Centre Technique des Industries Mécaniques et Electriques).
Il a assumé le poste de PDG du CETIME de 1982 jusqu’à 1988 pour en faire l’un des centres sectoriels les plus actifs. De cette époque Si Noury dira plus tard : « Nous n’avions pas de références, ni de modèles à suivre, puisque les ateliers d’outillage étaient rares et travaillaient d’une façon artisanale pour ne pas dire archaïque. Grâce aux besoins de l’hôtellerie en couverts de table et autres pièces axées sur l’usinage que plusieurs entreprises ont vu le jour pour répondre à une forte demande. En l’espace d’une décennie nous avons recensé 200 entreprises. Pour le secteur électrique la situation n’était guère meilleure. En 1985, la Tunisie ne possédait pas d’entreprise capable d’assurer la conception d’un circuit imprimé ».(1)
D’ailleurs, le SAPRI (Salon International de la Maintenance et de la Pièce de Rechange Industrielle), dont la première édition était lancée en 1986, par Si Noury, avait pour priorité la substitution de l’importation des pièces de rechanges industrielle par la fabrication locale. Les pièces importées et les quantités étaient exposées tout au long du salon. C’était la meilleure façon de stimuler la création d’entreprises dans le secteur. »);
En 1988 Si Noury revient à sa première entreprise : la SNCFT, cette fois en tant que PDG, poste qu’il occupera jusqu’en 1991. A partir de cette date il se sera nommé à la tête de la CAT (Ciment Artificiels Tunisiens), en tant que PDG, il s’occupera tout au long de son mandat du développement des études stratégiques et de la mise en place et du développement de nouveaux produits. Il sera également chargé de représenter la Tunisie au sein de l’Union Arabe des Ciments et Matériaux de Construction et de présider aux destinées de la Commission nationale des liants.
A partir de 1998 et jusqu’en 2003 Noury CHAOUCH sera nommé au poste de président Directeur Général de la SOFOMECA.
Si Noury a été également le digne représentant de la Tunisie au sein de nombreuses institutions internationales, régionales et nationales dont notamment

représentant de la Tunisie et président de l’UNACTAD 77
représentant de la Tunisie et vice président de l’Association internationale des chemins de fer
président et fondateur du COTEND
représentant de la Tunisie auprès de l’UNIDO
président de l’ATUPQUA
membre de la commission de rénovation de l’enseignement d’ingénieur et de la technologie
président de la commission nationale d’études prospectives du secteur de la mécanique (fonderie et usinage).
Après une riche expérience, de plus de trente ans, si Noury se retire en 2003, pour gérer une société de consulting. Après tout n’est-il pas l’une des chevilles ouvrières qui a contribué efficacement au développement des industries mécaniques et électriques en Tunisie.
C’est le cheminot qui a mis les IME sur les rails.
Le CETIME 25 ans au service de l’industrie- Edition Communic@tion.

 

De 1970 à 1971, et bénéficiant d\’une bourse de la Fondation Ford, Professeur Naoto Sasaki est devenu chercheur à I ‘Ecole Supérieure d\’Administration Industrielle (GSIA) de l\’Université de Carnegie Mellon.

En 1972, il a été chargé de cours à l\’Institut des Etudes Avancées en Management (EIASM) à Bruxelles.

En Juin 1975, il donne une conférence à I’ Académie des Sciences de l\’Organisation au Japon sur « l\’approche de la théorie d\’information sur le MNC ». Et sur invitation du TIMS (Institut International des Sciences de Management), il a été choisi comme orateur lors de la 22e réunion tenue à Kyoto (Japon) en Juillet 1975. Au cours de cette année, il a été invité au débat de la réunion de l\’Académie du Commerce International tenue à Dallas.

En Septembre 1976, il donne une conférence sur « les dernières recherches en matière de MNC et la position des entreprises japonaises » ainsi qu’une une conférence sur « les caractéristiques fondamentales des activités internationales des entreprises japonaises ».

Envoyé en Europe en 1976 par le Ministère Japonais des Affaires Etrangères, il donne plusieurs conférences sur « le déséquilibre commercial entre I’ Europe et le Japon ».

En Juillet 1977, il présente une conférence à l\’Université de Stanford sur « la Règlementation du Commerce » et depuis il devient représentant du Japon à l\’Académie du Commerce International et membre du Comité de rédaction du journal des études commerce internationales.

En 1978 et 1979, il devient membre du Comité de recherches fondamentales sur les activités des entreprises étrangères au ministère du Commerce et de I’ Industrie et c’est dans ce cadre qu’il a été dépêché en Europe et aux Etats-Unis.

De 1978 à 1983, il fut désigné correspondant régional du journal du management d\’entreprise.

De 1979 à 1981, il fut désigné coorganisateur et président des quatre conférences sur les cercles de qualité, organisées à Londres.

En 1981, le JETRO (Organisation Japonaise du Commerce Extérieur)

I’ adresse en Europe pour donner des conférences sur le .

En août 1981, il présente une conférence au cours du « Séminaire international à I’ intention des directeurs commerciaux », à Oslo, en sa qualité de membre du GSIA et une conférence à I’ Académie de Management à I ‘Université de Ryükyü, sur « l\’internationalisation des procédures japonaises ».

En février 1982, il donna une conférence au Palais Royal de Belgique.

Et en novembre 1985, invité par TUNISASIA à la première Conférence en

Tunisie sur les cercles de qualité. Séminaire organisé par TUNISASIA, I\’INNORPI et le CERES.