5 raisons d’être optimistes pour 2023

      Aucun commentaire sur 5 raisons d’être optimistes pour 2023

L’optimisme n’a pas toujours bonne réputation. Souvent taxé de preuve de naïveté, l’optimisme semble être perçu par un certain nombre de personnes comme une preuve de faiblesse plutôt que de force comme le prétendent les pessimistes qui, bien entendu, ne se présentent jamais comme tel, mais comme étant des … réalistes. Je le dis souvent, un optimiste n’est pas quelqu’un qui voit tout en rose quel que soit le problème ; non, l’optimiste est quelqu’un qui sait que son action peut avoir un impact et que tant qu’il y a de la vie… il y a de l’espoir. Cela étant dit, j’ai été très surpris par le résultat du sondage de la semaine dernière qui avait comme objectif de connaître votre niveau d’optimisme quant à votre avenir. Eh bien, sur les 5 708 personnes qui ont répondu, 74% réponde que ce niveau va de normal à très élevé pour 13%… pas mal tout de même. Seuls 26% des répondants ont un niveau bas d’optimisme.

 

 

Vous me direz, 26%, c’est déjà beaucoup. C’est vrai, ce n’est pas rien et c’est pour cela que j’ai souhaité écrire cet article. Je veux donner des raisons factuelles d’être optimistes pour 2023 puisque la nouvelle année approche à grand pas.

1- Un rapport employeur / employé durablement changé

« Dis donc, si tu n’es pas content, il y en a dix qui veulent ta place ». Cette phrase si souvent entendue par ma génération, la X, n’est pas souvent entendue dans les entreprises depuis des mois.

Eh oui, la baisse du chômage rend les recrutements pour un grand nombre de catégories socio-professionnelles bien compliqué. Le choc a été rude pour les recruteurs en 2022, mais, le choc passé, un nouvel équilibre est en train de se mettre en place car, et c’est normal, les entreprises ont bien compris que si elles voulaient lutter contre ce mouvement de la grande démission, il fallait bien changer.

Le plus grand changement ? L’écoute des demandes des salariés. Alors là, j’entends d’ici les hurlements de nos représentants syndicaux disant que le patronat n’a pas changé et que le MEDEF est resté bloqué au siècle dernier comme nous le montre un certain nombre de conflits sociaux.

Tout changement prend du temps, et là, il s’agit de changer des habitudes prisent depuis des décennies ; cela ne se fait pas en quelques mois, mais je vois bien que la tendance, lourde, est là. Si une entreprise veut recruter et fidéliser en 2023, elle n’aura d’autre choix que d’écouter ses salariés et de trouver des compromis intelligents.

https://www.latribune.fr/opinions/tribunes/cinq-raisons-d-etre-optimistes-pour-2023-944581.html

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *