Interchangeable

      Aucun commentaire sur Interchangeable

Quand un médecin est malade, il va voir un confrère pour qu’il l’ausculte et lui prescrive des médicaments. Quand un avocat est interpellé en état d’inverse au volant, il contacte un collègue pour le sortir de ce pétrin. Un plombier peut remplacer un autre, absent pour maladie ; un croque-mort aura bien besoin de son apprenti le moment venu.

Mais est-ce qu’un communicateur ferait appel à un homologue pour s’occuper de sa compagne ? Bête question qui pourtant témoigne d’une réalité : dans notre métier, on n’est pas avide de laisser autrui se mêler de notre propre visibilité.

Si vous devez créer une carte de visite, un logo, un site web … vous le ferez-vous-même. C’est logique, c’est votre marque de fabrique et la vitrine de votre savoir-faire. Si vous n’êtes pas capable de vous vendre, comment oseriez-vous prétendre l’être pour vos clients ? je ne critique pas ce fait accompli, je le constate pour de nombreux amis travaillant dans ce secteur comme pour moi-même.

Cette réflexion m’est venue un soir en regardant un film sur des médecins de compagne. Je me voyais mal m’asseoir à côté d’un autre communicateur pour lui indiquer comment construire sa prochaine stratégie.

Il y a bien des agences ou des clusters qui favorisent l’interaction entre professionnels. Les colloques et séminaires permettent d’échanger nos bonnes pratiques (mais attention à ne pas dévoiler tous ses filons), de comparer nos approches et nos divergences sur l’avenir de notre métier. Sur certains projets, il arrive que plusieurs communicateurs, représentant chacun un employeur et donc des intérêts particuliers. Si tout le monde joue le jeu, c’est un véritable concentré de savoir-faire.

Seule intervient l’expérience, ou du moins les échecs et les réussites accumulés. Les affinités aussi : untel s’occupe de la presse, unetelle des imprimeurs, quant à moi je prendrai le web. Autant se positionner, marquer son territoire, et valider ses compétences par ses pairs. Quand on est à la fois communicateur et formateur, le risque est réel de ponctuer ses interventions de conseils   qui sonneront comme des vérités affirmées.  Elles peuvent être mal perçues par les autres. À moins une fortes grave, la représentation collective prévaudra alors sur votre jugement. Prenez note des contradictions entre ce que vous conseilleriez et ce que l’équipe a décidé de mettre en place. Analysez la réalisation et les résultats obtenus. S’il y a échec, cela confirmera votre intuition. Si le succès est au rendez-vous, vous aurez gagné une expérience à partager avec vos stagiaires.

Entre communicateurs, on rivalise davantage sur la forme que sur le fond.

Les jeunes entrepreneurs qui n’ont jamais approché la communication essaient souvent de copier ce qui a réussi à d’autres. Ils voient une affiche composée de telle manière, un évènement décoré de telle sorte, une newsletter écrite de telle façon… et se disent qu’ils n’ont qu’à faire pareil. C’est évidemment voué à l’échec. La communication d’un projet n’est pas interchangeable avec celle d’un autre. Tout est à recommencer à chaque fois. Comme il est très difficile de travailler sur une compagne pour le céder au dernier moment à un autre communicateur. On a chacun sa façon de faire, de choisir les arguments textuels et visuels, d’approcher les publics. On nous considère souvent comme des pions, alors qu’on se révèle tantôt cavaliers tantôt fous. Tantôt fidèles aux attentes, tantôt éclaireurs des consciences. Au roi de choisir les pièces qui serviront au mieux sa stratégie.

52 remède à l’incommunication.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *