La loi du plus fort .

      Aucun commentaire sur La loi du plus fort .
J’ai fait le choix depuis quelques années maintenant de mettre mes compétences de communicateur au services du secteur non-marchand. Un engagement louable et, je le savais à l’avance, pas forcément rentable. Pour une même fonction dans le privé, je gagnerais facilement le double de mon salaire. Je me suis vite rendu compte aussi que j’allais devoir composer des compagnes sans cesse plus performantes avec des moyens constamment revus à la baisse. En fait, j’ai très peu pratiqué dans des sphères confortables, à l’exception de projets européens ou le budget alloués peut parfois correspondre à celui d’une année ou une association. Je communique sans budget ou presque. Je me bats contre des émetteurs plus puissants pur faire exister des compagnes tout aussi méritantes. Car la communication ne se mesure pas au sonomètre. Ce n’est pas à celui qui criera le plus fort, mais à celui qui parlera le mieux. Dans la jungle, les proies se font dévorer par les prédateurs. Les males dominants s’imposent dans un groupe s’accaparent les femelles. Les plus forts perpétuent l’espèces. Dans notre société contemporaine, l’inverse est au contraire valorisé et prend valeur d’exemple à suivre. La mère au chômage devenue une romancière milliardaire, le chérif à lunettes moqués par sa classe Et pourtant reconnu comme un geek suprême, l’inconnu adulée pour ses conseils en mode et beauté… Il ne s’agit plus d’être le plus fort physiquement ou financièrement pour trouver sa place. Ce qu’on recherche, c’est avant tout la cohérence, la justesse, la singularité. Et c’est bien cela qui me motive finalement dans les différents projets que je coordonne ou j’accompagne. Cette obligation de viser juste. D’être créatif dans la contrainte. De nombreuses expériences passées ont démontré que les compagnes de communication qui marquent les esprits ne sont pas forcément celles qui avaient dépensé le plus gros budget. Une couverture à 360 degrés et une omniprésence médiatique de vos concurrents ne vous empêcheront pas d’exister pour votre oubli a vous. La réussite des réseaux sociaux en sent à la fois une preuve et une cause. En effet, une plateforme gratuite en ligne peut suffire à vos objectifs à partir du moment où vous parvenez à construire une communication durable auprès d’un public fidèle. On n’a pas besoin d’inonder la toile pour remplir une petite salle de concert. Ni de polluer les boites postales ou électroniques pour mobiliser des donateurs. Grace à l’interne, un simple clip vidéo bien monté peut-être repris en boucle par l’ensemble des médias. Pour peu qu’il soit juste, cohérant et singulier. Vous défendez une cause, vous inaugurez un évènement, parfait ! Alors, offrez une compagne qui vous ressemble, votre communication en sortira grandie. N’essayez pas de faire comme les autres. Gueuler un bon coup peut se faire retourner des têtes, lever des poings, mais ne fera pas tendre des mains. Il en va de même lors des manifestations. On prétend qu’il faut crier pour se faire entendre. Or, un chien qui aboie au mieux fait peur et au pire dérange. Il arrive aussi que cela dégénère, qu’on casse, frappe, insulte. Par désespoir, peut-être, car hurler des slogans aussi drôles soient-ils ne suffit plus à faire bouger les décisions. La violence transmet dans une certaine mesure le désaccord mais ne communique pas les vraies revendications. Lors d’un drame, les manifestations se font silencieuses ou au contraire explosent l’applaudimètre. Parce message fort. Non pas par la conviction.
52 remèdes à l’incommunication.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *